Les commission permanentes

Une saine gestion

Engagement: Éliminer les commissions permanentes inutiles.

Il y a 11 Commissions à Montréal (huit relèvent à la fois du conseil municipal et du conseil d’agglomération).Les commissions permanentes sont des instances de consultation publique, conçues par l’administration municipale avec l’aide du Gouvernement du Québec. Certaines sont utiles auprès des élus.

Plusieurs sont superflues et inutiles puisqu’il existe déjà de multiples comités et commissions au niveau provincial qui travaillent en collaboration avec les élus municipaux, qui exécutent le même travail.

Le caractère des opinions contenues dans les avis, recommandations et rapports des commissions permanentes de Montréal, n’est ni décisionnel ni exécutoire ; les commissions n’ont aucun pouvoir décisionnel auprès du maire ou mairesse de Montréal, encore moins d’influence auprès de son administration.

La composition des commissions permanentes varie entre elles ; chacune est composée d’un nombre de 7 à 12 élus qui reçoivent souvent un supplément salarial.

À sa guise, le maire ou mairesse de Montréal, distribue des ‘’bonus monétaires’’ aux conseillers et maires d’arrondissements de son choix.

De plus, la durée du mandat des membres siégeant au sein des commissions permanentes est déterminée par le conseil municipal, en fait la mairesse en place.

Il est, à mon avis, facile de comprendre que la mairesse actuelle de Montréal favorise des gens de son équipe ou influence la décision de certains élus d’une autre équipe.

Cela provoque un jeu de chaises musicales ; changer d’équipe en fonction des avantages financiers que cela apporte.

”Ce n’est nullement à l’avantage des Montréalais.”

Ces commissions coûtent, annuellement, des centaines de milliers de dollars aux Montréalais, n’ont aucun pouvoir décisionnel ou d’influence.